En Vogue

gant démaquillant lavable

Partager :

DÉMAQUILLAGE ÉCO La beauté tient dans un gant

Écologique, économique, réutilisable et efficace, le gant démaquillant lavable en microfibre est disponible sur le JJShop.

Des tendances dans votre boîte

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

De plus en plus soucieuses de ne pas porter atteinte à la planète et adeptes des soins simples, sans adjonctions mystérieuses et louches, qui n’empoisonnent pas notre peau, nous avons opté pour le gant KTCare.

Quand nous rencontrons Babette Keller, le premier geste qu’elle fait, c’est de nous piquer nos lunettes de soleil. Pas parce qu’elle est kleptomane ou qu’un rayon l’éblouit. Du tout, du tout ! Mais pour leur faire passer le test du nettoyage à l’aide de sa microfibre. Pas n’importe quelle microfibre d’ailleurs. Celle qu’elle a développé pour les professionnels de l’horlogerie et de la joaillerie et qu’elle décline aujourd’hui pour le grand public en gant démaquillant.
Lavable, réutilisable et par conséquent économique et écologique, ce gant nous a conquises. Et si nous regardons à quel point nos lunettes de soleil brillent désormais, nous ne pouvons douter de l’efficacité du tissu sur la peau de notre visage.

gant démaquillant à l'eau

De l’horlogerie à KTCare, l’histoire d’une entrepreneuse de choc

 

Babette Keller nous fait face, solaire et intarissable sur son métier et son produit. Parce qu’elle en connaît tous les recoins, tous les aspects, tous les gestes. L’incarnation de la fameuse expression “self made Woman“, c’est elle. Elle a fait tous les jobs, connait toutes les personnes qui travaillent avec elle, porté à bout de bras toutes les étapes, du lancement à l’envolée de son entreprise.

Cadette d’une famille d’ouvriers jurassiens, elle a essuyé les remarques paternelles qui lui prédisaient un avenir vide, des capacités se limitant à la tenue d’un foyer. Trop bête, paraît-il. Néanmoins, sa force de caractère et son audace ont maintenu sa tête haute et ses épaules prêtes à déplacer des montagnes.

Elle part seule à 17 ans en transsibérien vers l’Asie. C’est son premier contact avec ce continent qui depuis la fascine et qui sera le berceau de son épopée professionnelle.
Après un apprentissage de vendeuse de chaussures et la naissance de ses trois enfants, elle se crée l’opportunité de confectionner à la main de petites housses en coton afin d’y envelopper des têtes de montres à déplacer pour Breitling. Ils en ont besoin, elle les fabrique sur sa vieille machine à coudre, le soir et la nuit.

La microfibre à tout faire

 

De fil en aiguille, à force de s’imposer et de croire en son idée, face notamment à des interlocuteurs embourbés dans le patriarcat, elle va fournir toutes les grandes marques de la Place Vendôme. Dans l’intervalle, elle tombe presque par enchantement sur de la microfibre, pas encore courante à l’époque. À la recherche d’une nouvelle matière, elle va en devenir l’unique distributrice pour tous les secteurs d’activités du luxe.

Puisque tester, c’est approuver, elle envoie des échantillons à toutes les entreprises haut de gamme, telles que Patek, Rolex, Hermès et j’en passe, qui passent immédiatement commande. Le tissu révolutionne leur travail et son coût raisonnable permet de la décliner pour toutes les étapes, de la confection à la vente de la marchandise.

 

Des conditions de fabrication à l’image de l’entrepreneuse

La microfibre est fabriquée dans des usines d’Asie, toutes visitées dans leurs moindres détails et soumises à un contrat éthique.

Ce sont alors des entreprises transformées à l’image de Babette, dans une idée de productivité en toute transparence et de qualités humaines irréprochables. Salaires, pauses, fenêtres, points d’eau, parquet, musique d’ambiance, tout est passé en revue.

Le tissu ainsi produit est distribué sous forme de gants et de serviettes pour toute l’industrie horlogère, sous la houlette unique de Babette. C’est alors que nous en arrivons au gant démaquillant qui nous intéresse…

La naissance d’une idée

 

Entre un accident de la route qui l’oblige à tout arrêter, l’aide d’un atelier pour personnes handicapées qui lui permet de produire plus de volume, un contrat d’exclusivité pour le monde entier décroché et la naissance d’un quatrième enfant, Babette développe la maladie que l’on nomme la migraine du patron.

Cette atteinte à sa santé lance sa réflexion sur l’écologie, le recyclage et l’utilisation de produits chimiques et nocifs. Sans compter qu’elle doit appliquer quotidiennement un mascara waterproof pour ne pas que ses yeux qui coulent à cause des migraines fassent dégouliner ses cils… Mascara qu’elle doit ensuite démaquiller !

Que celles qui se sont déjà arraché la moitié de l’oeil en essayant de retirer cette horrible chose lève la main ! Il fallait une solution. Elle l’avait déjà sous la main.

Économie de moyens, éradication du superflu. Dans une démarche foncièrement respectueuse de l’environnement et de la personne, Babette Keller fait tout avec sa microfibre. Dans l’univers du luxe, comme dans sa salle-de-bain. Cohérente avec son combat, elle élimine de sa vie (et de la nôtre, si nous le voulons bien) tous les produits de nettoyage. Tout peut être lustré avec sa microfibre. Même son visage. De KTHome à KTCare, il n’y a qu’un gant.

 

Le gant démaquillant révolutionnaire de Babette

 

En microfibre tricotée (et non filée, comme c’est le cas pour les autres produits trouvés dans le commerce), le gant démaquillant et nettoyant KTCare s’assure élasticité et résistance. Sa particularité est également d’être composée de fils aux 410 microfilaments, 50% polyester et 50% nylon. Cela assure l’absorption de toutes les saletés qui peuvent s’incruster dans les pores de la peau.

Ce n’est pas tout. Contrairement aux matières synthétiques brossées ou piquées – abîmées, donc – cette fibre est lisse ; elle ne rejette ainsi pas de résidus, aussi infimes soit-ils, dans l’eau. Et puis, elle garde toute sa souplesse, comme une caresse sur la joue. Blanche comme neige, sa couleur naturelle, elle n’est ni teinte ni décorée pour éviter que la couleur ne finissent sur notre peau.

Uniquement avec de l’eau

Pour le démaquillage, le gant fait tout. Il n’a besoin que d’eau claire pour bien faire son travail de nettoyage en profondeur. C’est dur à croire au départ, mais c’est effectivement le cas. Le tissu retient dans ses fibres maquillage, poussières et autres particules de saleté pour laisser un visage net et propre sans frotter et sans produit additionnel.

Un passage de gant sur le front, les joues, les yeux, le menton avec de l’eau pour bien se réveiller le matin et évacuer les traces de la nuit. Et un nettoyage le soir pour un geste beauté simple, efficace et essentiel avant de se coucher.

Vous doutez encore ? Une transition douce est faisable, en gardant son lait démaquillant ou du savon pour nettoyer sa peau. Et un jour, on se lance. Parce qu’on n’a plus de stock de produit, parce qu’on est en voyage (le moment idéal pour se débarrasser de tous les liquides qui ne passent pas les portiques de sécurité). Ou parce qu’on se sent d’humeur à braver tous les défis. Le gant et puis uniquement de l’eau.

Et ça marche. On se sent fraîche comme la rosée du matin (ou comme la bouteille de rosé qu’on vient de savourer – merci Florence Foresti pour la référence). En outre, en termes de rougeurs ou de boutons, les améliorations sont réelles et visibles à mesure de l’utilisation du gant. Seulement du gant.

démaquillage test

Écologique et minimaliste, de la fibre au packaging

 

Dans un emballage minimaliste BioCelo (un film transparent bio thermoscellable compostable) respectueux de l’environnement puisque totalement biodégradable, le plus petit gant de la gamme KTCare est tout aussi efficace que les plus grands. Rebaptisé The Nude, le gant démaquillant lavable, telle une marionnette qui se glisse sur trois doigts, est infiniment pratique.

Précis pour les yeux, ourlé et élastique, c’est un mini compagnon de vie qui ne se quitte pour rien au monde ! Ses finitions soignées et sa composition hors normes en font un produit de beauté haut de gamme au rapport qualité-longévité-prix inégalable sur le marché. Vous pouvez garder et chouchouter votre gant pendant plus de 2 ans sans qu’il ne perde ses capacités.

L’entretien de mon gant

 

Idéalement, pour qu’il reste blanc comme neige aussi, le gant se nettoie à la machine à 60°. Or, il est aujourd’hui assez rare que nous lancions des cycles qui bouillent les fibres. Et puis ça serait assez hypocrite d’un point de vue écologique, un des arguments d’achat de cette technique de démaquillage.

Ne vous en faites pas, il est parfaitement possible de laver vos gants de la semaine à 30 ou 40°, ou même à la main, sans adoucissant.

Le seul inconvénient sera alors que mascara et fond de teint laisseront une trace de leur passage au fil du temps. Propre mais plus immaculé (ce qui, sincèrement, n’est pas la panacée, puisque notre rituel de nettoyage ne regarde que notre plus stricte intimité), le gant est réutilisable à l’envi pendant plus de 2 ans. Et toujours aussi efficace.

C’est toujours compliqué de changer ses habitudes. Ses odeurs aussi, celle des produits que nous avons coutume d’utiliser avant de nous coucher. Ou pour notre rituel matinal. Cependant, essayer ce gant, c’est finalement l’adopter. De dubitatives, nous sommes devenues addict. Que ce soit pour se démaquiller ou pour purifier sa peau en cours de journée. Juste avec de l’eau. Parce que l’eau c’est la vie.

Partager :

Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Shop

Dessous de verre Champagne Shower

20.00
Les dessous de verre Koka en cuir brillant pour accompagner vos plus belles coupes de champagne

Porte-cartes To Spend

65.00
Le porte-cartes brillantissime Cesar pour dépenser en beauté

Porte-clés New Start

30.00
Le porte-clés en cuir Andy pour un nouveau départ

Etiquette de bagage Travel Lover

50.00
Le porte-étiquette en cuir Goya pour tous les amoureux de voyage

Vous allez aimer.

Inscrivez-vous à notre newsletter
et bénéficiez d’avant-premières et d’exclusivités réservées à nos abonnés.