Culture

Partager :

Guillaume et Maryline

Les JJ ont vu Maryline, le dernier film de Guillaume Gallienne

Des tendances dans votre boîte

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Des tendances dans votre boîte

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

–”Dites, les JJ, ça vous tente d’interviewer Guillaume Gallienne dans un camaïeu de bleu entre ciel, montagne et lac ?” Alors, là, le grand défi, c’est de paraître professionnelles et détachées quand on a envie de crier comme une midinette.

–”Mmmoui, peut-être, il faut qu’on vérifie si on n’a pas aquabike (bien sûr !) ce jour-là. On va tenter de se libérer.” C’est crédible ? Deuxième défi, pondre une interview qui tienne en 15 minutes alors qu’on a des sujets de conversation pour un week-end entier. Une rencontre aussi attirante que frustrante. Mais bon, nous nous sommes forcées… parce que nous sommes magnanimes et altruistes. Vous vous doutez bien qu’il a besoin de nous, que les JJ sont absolument indispensables dans le processus de promotion de Maryline, son dernier film… Ben oui.

Nous sommes certaines qu’il pourrait être un ami, un vrai, qui partage une salade de pêche à la verveine une douce soirée d’été en riant et en sirotant un bon verre de vin. Un ami avec lequel on refait le monde, se délectant de chaque parole jusqu’à une heure indue. Un ami dont on a plaisir à suivre le chemin parce qu’on est fier de son parcours, de son talent. On ne saurait dire quelle facette de cet ami on préfère, celui qui ne peut pas faire de mal, celui qui déclame, celui qu’on acclame, l’exubérant ou l’anxieux, dans la lumière ou à son bureau, hésitant entre deux livres ou apprivoisant une réplique. L’amoureux des mots à encore frappé. Et on tend l’autre joue. Admiratives nous ?

 

 

Guillaume Gallienne quitte le pince sans rire fantasque de son premier opus pour la brutalité de la chronique, une réalité sans garde-fou qui prend aux tripes. Il se cache derrière la caméra pour raconter l’histoire d’une femme, jeune comédienne qui rêve de cinéma, qui pourrait être toutes les femmes. Adeline d’Hermy incarne Maryline avec finesse, délicatesse, tendresse. Essuyant la violence verbale, parfois physique, intrusive et sans fard de réalisateurs ou de membres d’équipes de tournage sans scrupule qui la réduisent à néant, son personnage arrive encore à esquisser un sourire triste, comme une excuse, faute de mot pour se défendre. Une claque, une incursion sauvage dans la nuque, une humiliation supplémentaire. Se défendre ? En est-on vraiment capable ?

 

©Thierry Valletoux
©Thierry Valletoux
COPYRIGHT-photo-thierry-valletoux-ressources_2017-09-01_GGM_0529_site
©Thierry Valletoux

 

Ah… Guillaume. Pourquoi est-ce qu’on l’aime autant ? Peut-être parce que c’est un porte-parole convaincant et convaincu de la cause féminine, un admirateur sincère ? Ou peut-être parce que, sans le savoir (en est-on vraiment sûr…), il a traité de deux sujets qui nous touchent particulièrement, profondément ? L’une de nous (à vous de découvrir laquelle) s’est glissée dans la peau de la mère de Guillaume et des garçons de manière confondante, elle en était presqu’à prendre des notes pour énumérer les étapes qui sont susceptibles de jalonner son chemin et celui de son poussin. Et puis l’autre J, qui n’a pas eu la force de continuer, sa route n’ayant malheureusement pas croisé celle de la Fée Jeanne ou son verbe plus fourni l’ayant préservée du bar du coin, a reçu Maryline comme un poing dans son ventre concave. L’émotion, le choc sensible valsent avec la dérision, encore deux facettes de GG. Le GG des JJ. Oui, c’est pas bon, mais on ne pouvait pas la louper celle-là…

 

 

Adeline d’Hermy crève l’écran. Aussi humble que son personnage, sa fragilité palpable, son jeu riche et naturel à la fois, elle est bouleversante. Nous avons découvert cette excellente actrice avec délectation et sommes d’ores et déjà en train d’éplucher le programme de la Comédie Française pour aller la voir sur scène. Dans ce film à des antipodes du premier, on retrouve néanmoins l’oeil sensible du réalisateur… et la femme. La femme dans toute sa splendeur, la femme dans toute sa noirceur qui se bat, se casse, se blesse, se redresse. Et puis le milieu du cinéma qui égratigne et qui assomme, allégorie de notre société d’humains où souvent celui ou celle qui détient le pouvoir en oublie (oh, un tout petit oubli) d’être humain, justement. La fiction rejoint l’actualité, quand les actrices relèvent la tête et les acteurs enlèvent leurs oeillères pour dénoncer ce qui finalement est devenu banal, quotidien, inavouable, inexcusable.

 

jjsphere_pics_gallienne6

 

Alors, nous n’avons pas eu le temps. Un tête-à-tête avec la facette promo de Guillaume ne laissant pas place aux conversations sans but, juste au plaisir de l’échange, nous ne lui avons pas dit merci. Ou si peu, pour ces quelques minutes, pour ces quelques bons mots, si. Mais pas pour ses images, pas pour sa finesse, pas pour ses histoires. Alors, merci, merci Monsieur Gallienne. Et à bientôt, peut-être, pour un Malakoff en plein Lavaux ?

 

Maryline
Un film de Guillaume Gallienne
Avec Adeline d’Hermy, Vanessa Paradis, Alice Pol…
Salles et séances
Instagram Guillaume Gallienne

Partager :

Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Qu'est-ce qui vous ferait plaisir?

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Shop

Couleurs de l’incendie

Le deuxième volet de la trilogie des Enfants du Désastre

Bracelet Léonine

30.00
Un bracelet ajustable pour sertir de chance le poignet.

Bague Atollie

18.00
Simplicity élégance argentée au bout des doigts.

Bague Atollie

18.00
Simplicity élégance dorée au bout des doigts.

Vous allez aimer.

Inscrivez-vous à notre newsletter
et bénéficiez d’avant-premières et d’exclusivités réservées à nos abonnés.