Écouter

Videoclub album Euphories Adèle Castillon interview

Partager :

Interview Album : Videoclub raconte ses Euphories

Adèle Castillon, douce moitié de Videoclub, revient sur ses joies et ses nostalgies à l'occasion de la sortie de l'album Euphories.

Des tendances dans votre boîte

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Videoclub, le jeune duo français, sort un album néon bleu et rose aux doux accents rétro futuristes. La chanteuse, mais aussi comédienne et youtubeuse, Adèle Castillon, voix de Videoclub, raconte ses Euphories dans une interview JJTV.

Syncopes dansantes, boîte à rythmes et synthétiseur, on se croirait revenu dans la grande période musicale des 80’s. Une sorte d’innocence colorée qui calque à merveille un Luna Park qui flaire bon la barbe à papa. Sur les manèges, la grande roue, affublés des vêtements de leurs héros cinématographiques, de jeunes amoureux. À l’image du duo Videoclub, un groupe qui fait de la musique et qui s’amuse de sa nostalgie pour une époque qui s’est évanouie avant leur naissance. Évanouie ? Pas sûr. Parce qu’Adèle Castillon et sa moitié Matthieu Reynaud la ravivent par leurs passions, leur son, leurs joies juvéniles. Leur nom, cascade de VHS. Videoclub, ses Euphories, intitulé de leur album fraichement sorti, sorte d’arc-en-ciel fluo sur notre quotidien. Sous les traits d’Adèle, Videoclub en interview.

L’interview d’Adèle Castillon, moitié de Videoclub, pour la JJTV

Les Euphories rétro d’un tout jeune Videoclub

Comme on peut comprendre qu’on puisse être nostalgique des années 80 quand on a vingt ans en 2021. Si ce n’est que la nostalgie ne concerne que les souvenirs, impossibles pour cette génération 2000 qui est née bien après les 80’s. Cela dit, tout revient, cyclique. Et l’héritage musical de cette décennie a indubitablement influencé les cerveaux d’aujourd’hui qui se remettent à taper sur un synthé et à revenir aux sources de l’électro, de ses rythmes robotisés.

Ça pourrait s’appeler la légèreté. Sans aveuglément pour autant, Videoclub illustre une jeunesse qui croque la vie, authentique, avec des doutes parfois, naïveté juvénile et jubilation. Être sérieux ? On a le temps. Même si les événements actuels entravent un envol qui devrait leur être dû. Videoclub rayonne d’un succès explosif, preuve que leur électropop tendre et complice plaît et fait du bien. Compilation de leurs tubes comme En NuitAmour Plastique ou Roi, ce premier album en 13 titres de cette Enfance 80 promet de belles Euphories.

Musique Adèle Castillon et M atthieu Reynaud Videoclub

L’interview intégrale d’Adèle Castillon – Videoclub

Bonjour Adèle ! Pourriez-vous vous présenter à votre manière ?

Adèle Castillon – VIDEOCLUB : Bonjour ! Je m’appelle Adèle Castillon, j’ai 19 ans. Je suis youtubeuse, comédienne et musicienne et j’ai créé avec Matthieu Reynaud notre duo qui s’appelle Videoclub que nous avons commencé il y a 2 ans et demi. C’est un groupe d’électropop française, et… Voilà.

Votre album fraichement sorti s’appelle Euphories, mais où trouvez-vous l’euphorie en ce moment ?

Adèle Castillon – VIDEOCLUB : Bonne question ! (Rires). Ce n’est pas évident de trouver l’euphorie aujourd’hui. D’ailleurs, je pense que l’euphorie on la trouve malheureusement dans nos souvenirs. Et dans l’art en général. C’est pour ça que je consomme énormément de films, de musique, de séries. Ça me permet de penser à autre chose et de m’évader parce que c’est très difficile de trouver du bonheur et des sensations agréables avec cette période. L’euphorie, je la trouve beaucoup dans mes amitiés, dans mes relations avec les gens. Et comme, forcément, on est limité… c’est compliqué.

Videoclub, c’est une histoire à deux. Est-ce que vous pourriez nous présenter votre acolyte, votre amoureux, votre Matthieu ?

Adèle Castillon – VIDEOCLUB : Bien sûr ! Matthieu a 19 ans, on est né à une semaine d’écart, il est né le 3 novembre 2001 et il est Nantais comme moi. Il a tout le temps baigné dans l’univers musical parce que son papa était guitariste. Donc, il joue de la guitare, il joue extrêmement bien du clavier, il touche un petit peu à tout. C’est lui qui m’a vraiment transmis cet amour pour la création musicale. Qui m’avait déjà beaucoup attirée, mais je n’avais jamais franchi le pas.

Voilà, c’est notre rencontre qui a fait qu’on a commencé à créer de la musique ensemble. Il m’a appris beaucoup de choses. C’est un grand fan des Doors, on ne trouvera pas plus grand fan de Jim Morrison que Matthieu Reynaud. Que dire de plus ? Je pense que c’est déjà bien !

Adèle Castillon et M atthieu Reynaud Videoclub

Vous semblez nostalgiques des années 80, comment l’expliquez-vous étant donné que vous êtes nés en 2001 ? Et qu’est-ce qui vous manque le plus de ces années-là ?

Adèle Castillon – VIDEOCLUB : Je pense que déjà, c’est un bon résumé, le fait que je sois née en 2001 et que je sois nostalgique de ces années-là. Tout part de la frustration de ne pas les avoir connues. On est une génération de frustrés. Comme d’ailleurs la génération de mes parents était frustrée de ne pas avoir connu les années 60. C’est un schéma classique.

Dans cette période, il y a plusieurs choses qui m’attirent. Déjà, aujourd’hui, je trouve qu’on demande à notre génération d’être de plus en plus jeune hyper lucide sur ce qui nous entoure. Par rapport, par exemple, aux problèmes sociaux, politiques, environnementaux et encore plus avec la situation sanitaire. C’est de moins en moins fun d’être jeune.

Malgré des problèmes politiques – il y en a toujours des soucis qui divisent – j’ai l’impression que dans les 80’s, il y avait quand même une espèce d’insouciance qui me manque aujourd’hui.

Et artistiquement parlant, il y avait vraiment un côté très frais, très coloré avec des textures dans les musiques, qui va d’ailleurs sans doute avec cette insouciance. Une ambiance générale qui me manque.

Mais je trouve quand même que les années 80 inspirent de plus en plus la musique actuelle, c’est intéressant. Par exemple The Weeknd ou Dua Lipa. On entend de plus en plus de sonorités des 80’s qui reviennent. Ça devient de plus en plus à la mode, même vestimentairement parlant, les gens remettent des gros sweats, des Levi’s, de grosses vestes en jean. C’est un truc assez générationnel de revenir sur cette période.

Votre groupe sort son premier album Euphories et vous êtes en plein envol. Est-ce que vous allez mettre un peu de côté votre carrière de youtubeuse et d’actrice ? Comment allez-vous jongler avec vos différents métiers ?

Adèle Castillon – VIDEOCLUB : Sur YouTube… Depuis que j’ai goûté, soit au cinéma, soit à la création musicale, j’ai découvert des sensations que je ne retrouverai jamais sur YouTube. Par exemple, la scène provoque des sensations qui sont irremplaçables. Forcément, je me sens plus épanouie dans des univers comme le cinéma ou la musique. Par contre, je ne renierai jamais cette plateforme (YouTube), parce qu’aujourd’hui j’ai 800k abonnés, ce qui est énorme, et c’est comme si j’avais bâti mon propre media. Je pense que c’est vraiment ce qui me permet de faire le lien avec ma communauté et en même temps avec mes autres activités. Donc, j’essaierai toujours de garder un pied sur YouTube, c’est évident.

En revanche, pour le cinéma et la musique, il ne faut pas que je me perde complètement et que j’essaie de gérer à tout prix sur tous les plans. Il y a un temps pour tout et je suis très jeune. Je peux me permettre de me dire : « Ce temps-là je le réserve à la musique parce que j’ai envie de m’investir à fond et de faire les choses le mieux possible ». Peut-être que dans 5 ans, je ferai une pause dans la musique et essaierai de me mettre à fond dans le cinéma. Depuis toute petite, je rêve d’écrire et de produire mes propres films. Mais je n’ai pas trop envie de m’égarer et de tout gérer en même temps. Ce serait une erreur qui pourrait me coûter cher et m’empêcher de faire les choses bien.

Musique Adèle Castillon et M atthieu Reynaud Videoclub

Qu’est-ce que vous pourriez souhaiter à la jeunesse d’aujourd’hui, Adèle Castillon ?

Adèle Castillon – VIDEOCLUB : De l’optimisme. On fait partie d’une génération qui a très envie de changer les choses. Et il y a quand même énormément de bonnes évolutions. Maintenant, on part de loin et il y a tellement de chemin à faire ! Parfois, on est vite dépassé et déprimé par rapport à la route qu’il nous reste à faire. Oui, je pense que ce que je pourrais souhaiter à notre génération c’est le plus d’optimisme possible et de ne jamais baisser les bras. Ne jamais quitter nos objectifs. Et s’unir.

Et pour terminer cette interview, Adèle, que pouvons-nous souhaiter à Videoclub ?

Adèle Castillon – VIDEOCLUB : Pour le moment, ce serait de pouvoir être entendus le plus possible via notre premier album. Et surtout de pouvoir remonter sur scène parce que ça nous manque vraiment beaucoup. C’est assez déstabilisant de sortir un premier album sans avoir de contact direct avec le public. Du coup, on a l’impression d’avoir un peu lâché cet album dans le vide. On a de super statistiques, mais ça reste des chiffres.

C’est vraiment quand on est sur scène, face à notre public, qu’on se rend compte de l’ampleur. Ou juste du fait que oui, il y a des gens qui écoutent notre musique ! C’est un vrai moteur au quotidien. Je ne me suis jamais sentie aussi épanouie que quand nous étions en tournée. Remonter sur scène, ça serait une belle chose…

D’aller voir des concerts, qu’est-ce que ça me manque !

BONUS INTERVIEW : Le JJQuiz d’Adèle, voix de Videoclub

VIDEOCLUB

 

Acheter Euphories

Instagram
YouTube

ADÈLE CASTILLON
Instagram
YouTube

MATTHIEU REYNAUD
Instagram

Photos : PetitLionProductions©RemiFerranteHartman©Akatre

Partager :

Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Shop

Achile

Films

Bandes originales réinventées à la guitare

Achile

Cities II

Voyage à dos de guitare dans les plus belles villes du monde

Foulard All I Want For Summer

50.00
Foulard carré en voile de coton

Foulard Oranges

50.00
Foulard en voile de coton Oranges

Vous allez aimer.

Inscrivez-vous à notre newsletter
et bénéficiez d’avant-premières et d’exclusivités réservées à nos abonnés.