Tendances

masculinité en questions genre homme édito société

Partager :

La masculinité remise en question ?

Une question dans la question. Les hommes et leur masculinité ont le cul entre deux chaises... et deux concepts. Où en êtes-vous Messieurs ?

Des tendances dans votre boîte

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Égalité, #metoo, congé paternité, partage des tâches, les hommes ne savent plus où donner de la tête. La masculinité serait-elle en danger ? En voie d’extinction ? Hommes blancs de plus de 50 ans en crise d’identité.

L’autre jour, j’étais à table, presqu’en face d’un homme d’une soixantaine d’années. Nous ne nous parlions pas. Le temps passant, certaines personnes parties, le Monsieur se tourne vers mes interlocuteurs, sans pour autant prendre part à la conversation. C’est alors qu’il dit, sans préambule : “C’est dur pour les hommes aujourd’hui.” Ça sortait de nulle part, hors contexte. Pourtant, ça sortait du coeur et ça a eu la conséquence directe d’attirer complètement notre attention. Ainsi, il continue sur sa lancée et ajoute : “Avant, on savait où était sa place. Je suis tout pour que l’égalité existe, mais c’est compliqué d’être un homme aujourd’hui”. Ok. Ne pas s’énerver. Écouter. Comprendre, éventuellement. La masculinité est en crise. Mais y en a-t-il seulement une seule ? Les masculinités se réinventent à l’aulne de la libération des paroles et de l’émancipation bienvenue des femmes. Où sont les hommes, alors ? Qui sont les hommes ?

masculinité l'homme en question virilité gros barbu en tutu rose fée

Masculinité : un singulier pluriel

Il n’est pas question des femmes. Parce qu’elles prennent trop de place. Elles sont partout, parlent fort, prennent possession du débat. Au milieu de ces féminités en plein épanouissement (du moins le croit-on), où sont les hommes ? Oui, les hommes, les masculins qui eux aussi sont divers et variés et occupent un large panel. Du fameux métro-sexuel qui n’aurait de virilité que celle soignée d’un animal des villes à la barbe bien taillée, au bourru des champs qui n’hésitera pas à fournir un nid douillet et solide à ses poils de nez pour qu’ils se sentent bienvenus et s’épanouissent dans la plus pure liberté. Au centre : une multitude de types stéréotypés. L’idée que l’on se fait d’un homme n’est pas la même pour tous, pour toutes, et n’apporte que confusion à la testostérone contemporaine. 

L’homme mute. Avant, il matait, avec un circonflexe aussi, souvent. Alors, l’homme dont on parle ici, depuis notre point de vue – étriqué à l’échelle de la planète – est celui qui règne sur le genre humain. Le fameux lion à deux pattes, le mâle blanc, hétérosexuel (du moins, la face qu’il présente au monde), qui, s’il n’a pas encore 50 ans, a déjà roulé sa bosse entre les murs d’un logement partagé. Les masculinités qui se rêvent un seul masculin. Le type du stéréotype, qui fait tourner les têtes, assume et consomme, roule ses mécaniques comme ses cigarettes, avec style. Le mec, le vrai, le rétro, quoi. Si on voulait se lancer dans l’hommage : le Bébel.

père mari amant homme au foyer un homme d'aujourd'hui dans sa masculinité

C'est quoi "être un homme" aujourd'hui ?

Employé, patron, entrepreneur, chômeur, retraité, apprenti, l’identité de l’homme au travail. Mari, amant, Don Juan, célibataire, coureur de jupons, l’identité de l’homme hétérosexuel et sexué. Jusque là, tout va bien. Tout allait bien. Forcés, apparemment, selon certains d’entre eux, de faire le ménage et de s’occuper des tâches parentales pour permettre aux dames de se libérer (un peu, partiellement, un soupçon) de leur charge mentale, les hommes en font désormais trop. Une case de plus à leurs paramètres identitaires, l’identité domestique. À condition, bien sûr, de partir du principe que le faire et l’être sont indissociables et se définissent l’un l’autre. On remarquera d’ailleurs parfois que de participer aux tâches communes d’un foyer n’est pas la panacée pour le mâle… pour autant que personne ne le voie.

La crise de l’homme blanc hétérosexuel en burn out. Depuis quand sont-ils en surcharge ? Est-ce que c’est sexiste et présomptueux d’oser rire sous cape ? Bah, de nouveau on ne peut pas faire de généralités, mais est-ce qu’on doit leur offrir un doudou pour qu’ils puissent se consoler d’être remis en… question, justement ? De remettre en jeu leurs cartes maîtresses et de rebattre les atouts ? Parce qu’il ne s’agit pas, comme dans le cas de mon fameux meurtri de tablée, a priori, de la jeune génération qui mélange les genres. Quoique… Sommes-nous certains qu’il est chose acquise, pour les millenials et suivants, qu’hommes et femmes ont autant de doigts disponibles pour passer la serpillère et changer une couche ? 

rencontres photographiques d'Arles exposition Masculinités Hommes soldats qui dorment Adi Nes
Adi Nes, Sans titre, série Soldats, 1999. Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de Praz-Delavallade Paris, Los Angeles.

Les masculinités en photographies

L’homme, tel qu’on se le figure, est une construction sociale qui s’étoffe au fil des époques. Et quand on évoque l’image, la représentation collective de ce que doit ou ne doit pas être un homme, le travail des artistes est partie prenante. Par les films ou la photographie, les oeuvres aident à la perception du monde et la façonnent. En ce moment, et jusqu’au 26 septembre 2021, au coeur des Rencontres de la Photographie d’Arles, la commissaire d’exposition Alona Pardo met à l’honneur les Masculinités. Au pluriel cette fois. À travers les âges, les cultures, les fantasmes, les couleurs. En photos et en films, Alona Pardo pose la question de ces masculinités et de leurs évolutions par le prisme de plus de 50 artistes, des 60’s à nos jours.

Par leurs images, ces observatrices et observateurs, dessinent une fresque de ce que le masculin a de codes et d’interprétations, ébranlé par un #MeToo révélant au grand jour des fragments de la fragilité ou de la violence des hommes, trop longtemps tue, niée, méprisée. La libération de la parole des femmes raconte les hommes, ceux qui font souffrir et ceux qui souffrent d’être amalgamés. Étriqués dans leur peau XY. 

Un gros ceinturon, un teint d’albâtre, un piédestal qui devient bancal, un costume trois pièces qui se fripe. L’homme n’est plus ce qu’il était mais qu’est-il devenu ? Et au compteur des discriminations, peut-on vraiment se mettre à plaindre la crise existentielle et identitaire des Messieurs ? Et si nous changions les rôles ?

Partager :

Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?

Avant-premières et exclusivités, soyez les premiers à les recevoir.

Shop

Achile

Films

Bandes originales réinventées à la guitare

Achile

Cities II

Voyage à dos de guitare dans les plus belles villes du monde

Foulard All I Want For Summer

50.00
Foulard carré en voile de coton

Foulard Oranges

50.00
Foulard en voile de coton Oranges

Vous allez aimer.

Inscrivez-vous à notre newsletter
et bénéficiez d’avant-premières et d’exclusivités réservées à nos abonnés.